skip to Main Content

Le temps des pétitions et des protestations est nécessaire mais il n’est plus suffisant. Interpellés par l’opinion publique, les gouvernements européens dont celui de Monsieur Macron font la sourde oreille et continuent à bafouer les règles de l’éthique, voire du droit, quant au traitement de la question migratoire. 

Il importe d’en prendre acte et de retrouver les dirigeants sur le terrain électoral, celui des prochaines élections au Parlement européen. Le mouvement « Pour une Europe migrante et solidaire » a été lancé avec l’objectif de présenter une liste de ce nom aux Européennes de mai 2019, liste émanant de la société civile et sans lien avec aucune formation politique.  

Parler des migrants, c’est parler des citoyens européens, parler des vulnérabilités et des souffrances sociales. De même que les mouvances populistes et néofascistes font de la migration leur socle de propagande, nous en faisons le nôtre, eux pour exclure, nous pour inclure. La solidarité doit devenir un principe de gouvernance à introduire dans les politiques publiques nationales comme sur le plan intereuropéen et international. 

Ce principe inspire notre manifeste (voir ci-dessous) et soutient les 4 thématiques qui orientent notre engagement : la question migratoire, la question des inégalités sociales, la question d’un renouveau démocratique dans les systèmes de gouvernance, la question écologique.  A cet égard, nous faisons appel aux contributions de toutes et de tous afin de nous aider à constituer ce que sera le programme que la liste défendra au Parlement européen.  Il suffit de poster vos propositions directement sur notre site ou via les réseaux sociaux. De même, la liste des candidat.e.s sera construite progressivement sur la base du volontariat individuel et à l’image de la diversité de la société civile actuelle. 

C’est dire que nous voulons incarner une rupture avec les appareils politiques classiques et souhaitons inventer ensemble une nouvelle définition du fonctionnement démocratique.

Européennes 2019: une liste
Pour une Europe migrante et solidaire

© Samuel Bolendorff

le manifeste

© Samuel Bolendorff
968
personnes ont signé le manifeste.

les traductions du manifeste

Pour une Europe Migrante et Solidaire

La liste que nous, signataires de ce manifeste, désirons présenter aux Européennes de 2019 est née d’une prise de conscience : la violence politique aujourd’hui à l’œuvre dans le traitement des migrant.e.s témoigne du peu de considération qu’elle accorde aux plus démunis de manière générale.

Nous nous engageons à soutenir cette liste car nous croyons que la politique migratoire est au cœur du projet européen et doit permettre de penser l’Europe du XXIe siècle à partir du devoir d’hospitalité et du principe de solidarité. En ne les respectant plus, les gouvernements démocratiques ignorent  le message même des cultures européennes.

L’Europe bafoue ses propres valeurs et les droits fondamentaux de la personne lorsqu’elle repousse les exilé.e.s hors de ses frontières, de la même manière  qu’elle exclut ses populations vulnérables dans les marges de la société, les laissés-pour-compte du néo-libéralisme, les sans-emplois, les sans-abris.

Depuis toujours, l’Europe s’est construite au croisement des routes migratoires, faisant de l’apport de populations nouvelles la source de sa diversité et de sa richesse. Un Etat national qui durcit sa politique à l’égard des migrant.e.s le fera aussi pour les plus précaires en son sein.

Pour une Europe migrante et solidaire est la liste qui rassemble des citoyens et citoyennes venus de tous les milieux de la société civile, de toutes les classes sociales et de tous les âges, n’acceptant plus que la fermeture institutionnelle soit devenue pour l’Europe l’outil de sa politique migratoire. 

Nous n’acceptons pas que l’Europe restreigne volontairement et cyniquement ses capacités d’accueil, de protection et de sauvetage pour les migrant.e.s, pénalise au mépris du droit l’aide que des citoyens et des citoyennes leur apportent, ferme ses ports à des exilé.e.s que des conflits meurtriers, des gouvernements corrompus ou des dérèglements climatiques ont chassé de leurs pays rendus inhabitables.  

Nous n’acceptons pas que des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants continuent de mourir en Méditerranée et dans le désert saharien ou de survivre dans des conditions insalubres sur notre continent, alors que des initiatives locales, des engagements associatifs ou des pactes de solidarité ont vu le jour pour éviter cette situation. La société civile doit prendre sa part dans l’accueil, mais celui-ci doit être renforcé par des solutions politiques nouvelles à l’échelle européenne concernant le contrôle des frontières, le statut des réfugiés et les procédures d’intégration.

La migration, dans les pays du Sud ou vers l’Europe, n’est pas un phénomène passager ou superficiel et elle va continuer, notamment du fait de facteurs environnementaux. Il est impératif de l’inclure au centre des perspectives du futur vivre-ensemble européen et mondial en pensant avec équité la question de la mobilité des personnes.

Nous signons ce manifeste Pour une Europe migrante et solidaire car nous souhaitons une Europe qui pratique l’hospitalité à l’égard de tous et de toutes à l’intérieur de son territoire et qui soit sensible au sort des victimes partout dans les zones de conflit et de misère, au Proche-Orient, en Afrique et ailleurs.

Nous signons ce manifeste Pour une Europe migrante et solidaire car nous voulons une Europe qui retrouve ses valeurs de solidarité dans son projet communautaire, dans sa politique étrangère autant que dans ses politiques publiques nationales en matière de migration et de cohésion sociale.

Nous signons ce manifeste Pour une Europe migrante et solidaire car nous aspirons à une forme originale de représentation populaire avec la volonté assumée d’occuper des espaces de décision européens car c’est à ce niveau que les mesures politiques doivent être prises. 

Nous signons ce manifeste Pour une Europe migrante et solidaire car nous visons un mode d’action et de gouvernance qui intègre l’ensemble des acteurs sociaux selon une dynamique paritaire, égalitaire et transgénérationnelle, sans prérogative autre que celle de faire de la solidarité une priorité politique.

Accueillir les migrant.e.s, c’est vouloir l’Europe.

Back To Top