skip to Main Content

18 avril 2019.

Chères signataires, chers signataires,

Notre liste « Europe Migrante et solidaire » pour les Européennes de mai 2019, émanant de l’association du même nom, répondait à une urgence  parce qu’en face des vagues rétrogrades et xénophobes qui porteront bientôt de nombreux élus au Parlement européen,  il fallait des voix fortes, compétentes et engagées pour défendre les droits des migrant.e.s, actuellement bafoués dans l’Union européenne. Celle-ci nie ses traditions et ses principes autant que ses intérêts en refusant aux migrants l’accueil digne et nécessaire qui leur est dû alors que le phénomène va perdurer et augmenter en touchant les pays du Sud comme du Nord. 

Après plusieurs rassemblements à Paris, Marseille et ailleurs, après la réception de centaines de soutiens individuels, après la parution de divers comptes rendus journalistiques, nous devons accepter la réalité de notre situation.

Il nous faut arrêter cette initiative électorale car nous nous heurtons au mur de l’argent : 1 million d’euros sont indispensables, incontournables, pour présenter une liste et couvrir les frais afférents. Sans réseau privilégié, sans sponsor, sans mécène, sans affiliation partisane, sans hackeurs russes ou autres pour nous aider dans l’ombre, sans moyen de financer une direction de campagne ou un appareil de communication, sans rien d’autre que nos idées et nos consciences et même avec vous toutes et tous qui nous avez formidablement soutenus, ce n’est tout simplement plus tenable pour l’équipe minuscule que nous formons.

D’autres listes ont dû renoncer pour la même raison, ce qui n’est certes pas une consolation mais fournit un éclairage précieux sur le fonctionnement démocratique dans nos sociétés.

Nous remercions sincèrement toutes celles et tous ceux qui nous ont suivi et ont aidé « Europe migrante et solidaire » jusqu’ici et nous les appelons à continuer en accompagnant les autres formes d’action que nous allons adopter : plaidoyer, lobbying, information, formation. Outre le combat politique pour la réforme des règlements de Dublin, l’adoption d’un droit de l’asile européen et la création de villes-refuges ou d’espaces sanctuarisés, la lutte juridique est aussi cruciale, celle qui, par exemple, peut conduire devant un tribunal pour crime contre l’humanité ceux qui sont complices de fait des milices libyennes esclavagistes et assassines.

Nous craignons que les migrant.e.s ne soient que très peu défendu.e.s au Parlement européen et il importe, en conséquence, de se mobiliser contre les extrêmes droites et les droites dures qui auront le pouvoir, une fois élues, de durcir les lois et d’accroître l’exclusion et la souffrance des migrant.e.s, des Roms et de toutes les populations démunies en Europe. 

Nous appelons à poursuivre notre mobilisation et à voter pour celles et ceux qui sont les plus proches des valeurs que vous et nous défendons.

 

P. Bataille, J.-F. Corty, V. Nahoum-Grappe, A. Nuselovici (Nouss).

© Ludovic Le Guyader
© Samuel Bolendorff
© Samuel Bolendorff
© Ludovic Le Guyader
© Ludovic Le Guyader
© Ludovic Le Guyader
Back To Top